monprofsvt@gmail.com

P3 TPTD4 Voies visuelles et aires corticales.

jeudi 10 décembre 2015 par Nico ANDRIEUX
JPEG - 11.8 ko

La rétine perçoit les images issues d’un stimulus externe et élabore un message nerveux de nature électrique, propagé par le nerf optique jusqu’au cerveau. Ces images seront ainsi traitées puis mises en mémoires et participeront de ce fait à notre apprentissage.

Questionnement : Comment le cerveau gère-t-il les informations parvenant des nerfs optiques ?

Objectifs de la séance :

Exploiter des données notamment expérimentales pour comprendre qu’une image naît des interactions entre différentes aires du cortex cérébral.

ETAPE 1

A l’aide de l’étude du cas clinique disponible proposer des hypothèses sur le traitement des informations visuelles par le cerveau.

  • Utiliser les IRM des deux patients pour montrer l’existance d’aires cérébrales spécifiques.
  • Construire des déductions à partir de chacun des documents produits à partir du logiciel EduAnatomist
  • Intégrer ces productions dans votre production (Adobe Voice)

Stimuls proposé au patient 131321

Pour le sujet testé, il y a eu 10 acquisitions fonctionnelles par session dans chaque condition, en alternant les deux conditions, mouvement (25 secondes) et repos (25 secondes). Il y a 10 acquisitions fonctionnelles, soit au total 200 images qui permettent de construire l’image fonctionnelle de différence statistique proposée

Utiliser les images IRM su sujet 131321fonctionVisionMouvements (dossier ci dessous à copier ENTIEREMENT sur le bureau du PC)

WinRAR - 6.9 Mo
IRMsujet131321fonctionVisionMouvements

Stimulus proposé au patient 131331

Utiliser les images IRM su sujet 131331

Les images fonctionnelles proposées correspondent à des images d’acquisitions fonctionnelles dans deux conditions de stimulations visuelles : achromatique (sans couleur) et chromatique (avec couleur). Pour chaque sujet testé, il y a eu 6 sessions d’acquisition fonctionnelle en bloc alternant achromatique/ chromatique.

Utiliser les images IRMsujet131331fonctionnelVisionCouleurs (dossier ci dessous à copier ENTIEREMENT sur le bureau du PC)

WinRAR - 3.9 Mo
IRMsujet131331fonctionnelVisionCouleurs

ETAPE 2

bleu]Après avoir saisi les informations issues du logiciel Rastop, utilisez le document 1 pour montrer comment le LSD agit sur la composante chimique des voies visuelles.

  • Utiliser les molécules fournies dans le document ci-dessous
  • Construire un document permettant de comparer ces molécules entre elles
  • Elaborer une déduction à partir de cette comparaison et de la mise en relation de ces informations avec le document 1.
  • Intégrer ces productions dans votre production (Adobe Voice)

Molécules à utiliser

ATTENTION : Il faut copier ces molécules dans votre dossier production sur le PC et surtout penser à les extraires du dossier ZIP

Molécule de LSD

Zip - 1.4 ko

Molécule de sérotonine.

Zip - 813 octets

Les effets du LSD

Mode d’action du LSD

Le LSD est un psychotrope hallucinogène puissant, de très petites doses suffisent à entraîner des changements de la perception, de l’humeur et de la pensée.

Les photorécepteurs traduisent les longueurs d’ondes en messages nerveux. Chaque photorécepteur est prolongé par une fibre nerveuse (prolongement cytoplasmique) qui transporte sous forme de message électrique l’information jusqu’aux synapses. Au niveau des synapses, l’information est traduite en message chimique c’est-à-dire en concentration de neurotransmetteurs, ici la sérotonine. Cette petite molécule se fixe sur le récepteur post-synaptique. Le neurone post synaptique traduit de nouveaux l’information en message électrique, et conduit l’information jusqu’aux aires cérébrales.

JPEG - 21.6 ko

BILAN :

JPEG - 14.6 ko

Plusieurs aires corticales participent à la vision.

La mise en place du phénotype fonctionnel du système cérébral impliqué dans la vision repose sur des structures cérébrales innées, issues de l’évolution et sur
la plasticité cérébrale au cours de l’histoire personnelle.
De même la mémoire nécessaire par exemple à la reconnaissance d’un visage ou d’un mot repose sur la plasticité du cerveau.
L’apprentissage repose sur la plasticité cérébrale. Il nécessite la sollicitation répétée des mêmes circuits neuroniques.

JPEG - 17.8 ko

Des substances comme le LSD perturbent le fonctionnement des aires cérébrales associées à la vision et provoquent des hallucinations qui peuvent dériver vers des perturbations cérébrales graves et définitives.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 845 / 142815

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Première S  Suivre la vie du site Thème 3 - Corps humain et santé  Suivre la vie du site CHAPITRE 2 : Aires visuelles et plasticité cérébrale.   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.5 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0